12 juillet 2019

Deep_writing_and_Derrida.py

“Depuis le temps, donc. Depuis le temps, peut-on dire que l'animal nous regarde ? Quel animal ? L'autre. Souvent je me demande, moi, pour voir, qui je suis – et qui je suis au moment où, surpris nu, en silence, par le regard d'un animal, par exemple les yeux d'un chat, j'ai du mal, oui, du mal à surmonter une gêne. Pourquoi ce mal ?“ (Derrida, 1999, p253) Deep_writing_and_derrida.py fait échos aux rapports d'échange entre l'être humain et les machines. Elle est d'autant plus interrogative car la majorité des personnes pensent qu'elles nous remplacera. Est ce-que vraiment le cas? Je pense que l'intervention humaine est plus que nécessaire. Suite à l’événement TRAM_E, la question de la cohabitation des êtres humains et non-humains est mis en avant. C’est en reprenant l’Ontologie Orientée Objet, que les rapports entre objet est mis en valeur dans ce projet. Est ce qu’une forme intelligente peut décrire ce qu’un chat pense quand il voit son compère humain nu? Le texte issu de L’animal que je suis de Derrida, a été réinterprété par une machine-learning qui a son tour a réécrit un texte. Le Deep writing n’est pas un remplacement de la créativité humaine. Il n’en est qu’une automatisation de certaines tâches créatives. Néanmoins, ce qu’il faut appuyer ceux sont les erreurs que le machine-learning peut faire. Dans ces erreurs, il y a quelque chose qui s’apparente au delà des tâches demandées. Est ce dans ce cheminement, que l’intelligence a une forme d’imagination?


view all posts